© PHOTO BONNAUD GUILLAUME

« N’importe quoi ! »

Églantine a bouclé son troisième marathon, dans la nuit pluvieuse de Bordeaux. Une course surprenante, à tous points de vue. Elle livre anecdotes personnelles et critiques constructives à l’organisation, manifestement pas au niveau. Ce qu’elle ne dira finalement pas, c’est que cette course représente son record sur la distance…

Lire la suite

Publicités

Bien plus qu’un marathon…

« Tu sais, un jour, on fera le marathon de Paris en joëlette. Pas dans le cadre d’un partenariat entreprises, mais entre soutiens fidèles de l’Etoile de Martin. Entre potes quoi… »

Lire la suite

Où encourager les coureurs sur le Marathon de Paris

Le parcours du marathon de Paris "visite" les plus grands monuments. Si les coureurs ont autre chose en tête, les supporteurs pourront combiner tourisme et encouragements . Photo : Patrick Pichon / DPPI

Le parcours du marathon de Paris « visite » les plus grands monuments. Si les coureurs ont autre chose en tête, les supporteurs pourront combiner tourisme et encouragements . Photo : Patrick Pichon / DPPI


Qui dit marathon de masse, avec près de 40 000 coureurs, dit aussi supporteurs. Si Paris n’est pas encore au niveau d’engouement de Londres, Berlin 
ou New-York, les curieux et les familles sont de plus en plus nombreux à venir encourager les courageux participants. Nos conseils pour bien voir passer les coureurs sur le marathon de Paris. 

Lire la suite

Au long cours, idée reçue

Image

La sortie la plus longue d’un plan marathon, ne doit pas dépasser les 2/3 de la distance (soit 28 kms) ou de la durée (soit 2h45 pour un plan 4h)

Préparer un marathon c’est se construire physiquement en endurance. Mais c’est aussi et peut-être surtout éviter les pièges et les erreurs. Trop d’idées reçues ont la vie dure. Nous allons les démonter pour vous permettre une préparation sereine et bien dosée.

Idée reçue n°1 : Il faut avoir déjà couru un marathon à l’entrainement Lire la suite

Entre courir et voler, il n’y a qu’un pas…

Travailler régulièrement sa foulée grâce à la PPS, c'est s'assurer une fin de course moins traumatisante pour les articulations et les tendons.

Travailler régulièrement sa foulée grâce à la PPS, c’est s’assurer une fin de course moins traumatisante pour les articulations et les tendons.

Il y a autant de foulées que de coureurs. Rasantes, bondissantes, fréquentes, courtes, amples.  Sur l’avant-pied ou le talon. La Préparation physique spécifique (PPS) n’a pas pour objectif de changer votre foulée. Elle cherche à l’optimiser et à en renforcer les mécanismes musculaires, articulaires et tendineux. Lire la suite

Plan d’excès

Image

Si vous avez la chance de pouvoir courir en toute sécurité malgré la neige, ne boudez pas votre plaisir. Sinon, soyez patient ! Rater une séance n’est pas dramatique.

Un plan de préparation au marathon est un guide pour le coureur. Il est structuré en fonction de l’objectif et des capacités intrinsèques de chacun. Ne pas le suivre serait une erreur. Chaque plan possède sa logique, chaque semaine déroule son programme et chaque séance a son intérêt. Mais un plan s’adapte aussi… Le comprendre est un atout.

Idée reçue : sauter une séance, c’est rater son plan Lire la suite

Musclez votre je

Image

Des cuisses fortes, des abdominaux solides, des épaules mobiles… Pour courir longtemps, prenez le temps de faire quelques exercices de PPG. Photo (c) Jacsonquerubin

Arrêter de courir quelques dizaines de minutes par semaine, pour renforcer encore plus ses abdominaux, ses cuisses et ses mollets. C’est le principe de la préparation physique généralisé (PPG). Voici trois activités très simples que vous pourrez reproduire partout. Lire la suite

Cahier des charges

Pour bien des coureurs, 3 séances suffisent à préparer convenablement un marathon sans entamer ses réserves.

Pour bien des coureurs, 3 séances hebdomadaires suffisent à préparer convenablement un marathon sans entamer ses réserves.

Dans l’imaginaire collectif, le marathon est un périple interminable, une longue souffrance qu’il faut se préparer à subir en accumulant le plus de kilomètres pendant la préparation. C’est en réalité une course tactique, qui se prépare avec lucidité et qui nécessite de la fraîcheur.

Idée reçue : pour préparer un marathon, il faut 5 séances par semaine Lire la suite

Deux mois à vous

Image

8 semaines pour mémoriser son allure marathon, apprendre la musique de sa foulée et de son souffle.


Voici selon nous la structure idéale d’un plan premier marathon sur 8 semaines, étant entendu que le coureur a déjà une pratique régulière (au moins deux séances par semaine) de la course à pied depuis au moins 6 mois. Bonne préparation à toutes et tous et à Églantine. Lire la suite