Dans les pensées d’Eglantine : derrière la ligne bleue

Une fois passée la douleur, une fois dépassée la déception ou l'euphorie, reste l'estime de soi et le regard des autres. Pour longtemps.

Une fois passée la douleur, une fois dépassée la déception ou l’euphorie, reste l’estime de soi et le regard des autres.

Un marathon laisse des traces. La dureté de la préparation, la durée de la course, la violence des sensations. On termine rincé, lessivé, vidé. Puis la douleur s’estompe. Les souvenirs affleurent. L’esprit prend la mesure de l’effort. Un marathon laisse des traces. Indélébiles. Lire la suite

Publicités