Sas disputes

Evitez de jeter vos vieux vêtements ou vos bouteilles n'importe où. Pour le respect de l'environnement et aussi pour la sécurité des coureurs suivants, qui pourraient chuter.

Evitez de jeter vos vieux vêtements ou vos bouteilles n’importe où. Pour le respect de l’environnement et aussi pour la sécurité des coureurs suivants, qui pourraient chuter.

La course à pied et le marathon a fortiori est une discipline individuelle, presque un sport solitaire. Pourtant dans une course de masse, comme au marathon de Paris, il faut faire avec et pour les autres. Voici les six règles d’or du coureur altruiste et attentif. Le guide du parfait marathonien.

On a coutume de dire qu’avant un marathon, on « pose le cerveau » et que pendant  la course, on est « dans sa bulle ». Certes. Mais les courses de masse de plusieurs dizaines de milliers de coureurs (ils seront environ 40 000 sur la ligne le 6 avril) demandent un petit effort de civisme de la part de chacune et chacun d’entre vous. Guides des « bonnes pratiques » sur marathon.

Chacun dans son sas de départ
La première des choses est de savoir « rester à sa place ». Une course comme Paris demande des justificatifs de temps datant de moins de 2 ans pour répartir au mieux les coureurs par sas au départ. Les coureurs handicapés partent les premiers. Puis on retrouve devant, sur la ligne, les élites, les dossards préférentiels (- de 3h), les 3h15 et ainsi de suite jusqu’au fond de la ligne de départ pour les débutants et/ou les coureurs en 5h et plus. Voilà pour la théorie.
Dans la pratique, chaque année, des centaines de coureurs cherchent à « resquiller » et à se placer dans un sas plus performant qui n’est pas le leur avec, pour tous, une bonne raison : un bon copain, un vieux chrono, un gros ego…
Ces coureurs, pas à leur place, prennent deux risques en course qui peuvent les laisser rapidement sur le bord de la route :
– Le premier risque : partir beaucoup trop rapidement pour leur niveau du moment, emportés par le flot des coureurs et donc d’exploser très vite dans la course. La sentence sera sans appel : premiers arrivés, premiers sortis !
-Le second risque, si les « grugeurs » partent en revanche à leur rythme, c’est de se faire percuter (coup d’épaule, de pied dans les mollets, chute) par des coureurs plus rapides, qui n’ont pas envie de gâcher leur dossard préférentiel durement acquis et de perdre trop d’énergie et de temps à slalomer entre les lambins. Et dans ce cas, si les insultes fusent, il faudra bien reconnaitre qu’elles auront été cherchées. Si vous souhaitez courir avec quelqu’un, partez du sas du coureur le plus « faible ».

Lâchez-vous la grappe
Dans le même esprit, suggérons aux groupes de coureurs (club, association, famille, copains) qui souhaitent se donner la main et courir en ligne pour passer à la télé ou pour prendre la pause devant les photographes, de le faire du fond de la ligne ou une fois la course « décantée ». Il est en effet courant que ces barrières humaines (volontaires ou non) empêchent les coureurs en phase d’accélération de maintenir une allure et les obligent à des à-coups gourmands en énergie. Courir à plusieurs, pas de souci… Laissez des intervalles, courez sur plusieurs épaisseurs mais n’oubliez de courir aussi avec tous les autres.

Poubelles mais pas ordures
Nombreux sont les coureurs à arriver sur la ligne de départ du marathon, vêtus du traditionnel « poncho » coupe-vent ou d’un grand sac poubelle  ou de quelques vieilles affaires chaudes pour garder le corps à bonne température. C’est une excellente pratique et nous vous encourageons à avoir dans votre sac ce type de « vêtements » d’attente.
De là à les jeter au sol, sur place à ses pieds, dès que le départ est donné, il y a un pas que nous vous recommandons de ne pas franchir. Imaginez un instant, les coureurs du fond de la ligne (ils mettront près d’une demi-heure à franchir les tapis de départ) obligés d’enjamber des milliers d’obstacles mobiles et volants, susceptibles de faire un croche-pied à tout moment. Sachez que la température générée par la foule dans les sas doit vous permettre de jeter vos affaires dans les bacs prévus à cet effet aux entrées.

Signalez les obstacles
Un coureur à terre, un poteau ou un ilot de circulation mal placé, les photographes de la course, un rétrécissement de chaussée imprévu… Le parcours peut parfois réserver quelques surprises, même aux coureurs les plus aguerris et les plus raisonnables. Comme toute communauté, le coureur a ses codes. Sachez donc que pour prévenir le peloton d’un obstacle, il suffit de lever haut le bras. Ce signal permettra à chacun derrière vous d’anticiper au mieux son changement de direction sans risque d’accident et de lever le bras à son tour… et ainsi de suite.

Anticipez les ravitaillements
Plus la course avance, plus la lucidité diminue et votre capacité d’improvisation et d’adaptation avec. Repérez longtemps à l’avance les emplacements des ravitaillements en eau, le plus souvent placés tous les 5 kilomètres et prévoyez de vous décaler doucement sur le côté de la chaussée. Cela devrait vous éviter des queues de poissons, des zigzags ou des arrêts brutaux très douloureux en 2e partie de course. Dernière chose, si vous laissez tomber quelque chose de « précieux », évitez l’arrêt brusque. Vos cuisses n’aimeront certainement pas et une collision par derrière suivie d’une chute peut avoir des conséquences en fin de course.

Musique de vos pas, mais pas de vos musiques
Parce que vous devez entendre et voir, parce que vous devez le plus longtemps possible anticiper et prévoir ce qui se passe autour de vous, il n’est pas du tout conseillé, voire même sur certains parcours, totalement interdit (consultez le règlement de l’épreuve) de courir avec des écouteurs. Certes vous seriez dans une bulle, mais au milieu du peloton, c’est dangereux. Et c’est aussi ça, l’ambiance du marathon : le bruit des autres. Leurs rires, leurs paroles, leurs cris. Ne vous en privez pas… C’est tout simplement beau.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s