Centré

Thomas, à la sortie d'Antibes, dans la montée des remparts pendant le marathon Nice-Cannes.

Thomas, à la sortie d’Antibes, dans la montée des remparts pendant le marathon Nice-Cannes.


Thomas nous a fait confiance dans la préparation de son marathon Nice-Cannes. Nous avons essayé de l’aider du mieux possible. Retour sur un beau projet entre coureurs.

« J’ai couru, il y a quelques années mon marathon référence en binôme. Comprenez que nous avions suivi, mon « partenaire » et moi-même, le même plan d’entrainement, que nous avions le même objectif et que nous avons fait au final le même chrono, à la seconde près. Même si sa course et la mienne ont eu des hauts et des bas différents, tant physiques que mentaux, nous étions jumeaux de foulée, d’allure et de tactique. Solidaires et unis. Je ne pensais pas un jour pouvoir de nouveau dupliquer la perception parfaite d’une course, comme je l’avais fait sur ce marathon de Paris 2008 avec mon pote.

 Théories et écoles
Car, il y a souvent, pour ne pas dire toujours, dans l’échange entre marathoniens, une dégradation voire une perte du signal. Dans ce sport individuel, on partage, on compare, on extrapole. On ne comprend pas la même chose, on croit avoir compris quelque chose, on pensait qu’il fallait comprendre autre chose.
Les forums, les blogs, les sites sont pleins de ces discussions, si riches mais si stériles, entre tenants de la méthode A, adeptes de la technique B, défenseurs des thèses C…  Et l’alphabet n’y suffit pas toujours. Chaque école est respectable, là n’est pas le propos. Chaque théorie se réalise en pratique le plus souvent. Faut-il encore la définir, et s’y tenir.

A la seconde près
En bouclant dimanche dernier son marathon Nice-Cannes en 3h14’41, Thomas (@ti_tom son récit ici) a fait à ce blog un beau cadeau. Plein de respect et de modestie. En lâchant prise sur ce qu’il savait déjà, en acceptant de s’abandonner à 100% au plan 3h15 que nous lui avions proposé, ce coureur croisé sur twitter et rencontré depuis, a réussi la course prévue.

Grâce au plan ? Bien sûr que non ! Avec le plan ? Sans doute. Les 8 semaines de préparation ont été construites pour lui. Pour sa course, sur ses valeurs et son potentiel. Sur ses quelques « faiblesses » aussi. Disons que la théorie était personnalisée.

Il a ensuite, pendant sa préparation, mis le maximum de chances de son côté, n’allant jamais plus vite, plus loin, plus fort que ce qui était demandé. Bravo pour cette humilité qui manque à beaucoup de coureurs, bien moins performants que lui. D’aucuns se seraient frustrés, il s’est structuré.

Il a ensuite dans son approche de l’effort, dans sa tactique de course, suivi à la lettre ce qu’il s’était promis de faire. Son allure, son rythme, sa musique si présente que même l’arrêt de sa montre, ne l’a pas sorti des rails. D’aucuns se seraient cramés, il s’est ménagé.

Il savait sans doute, que derrière les 30 premiers kilomètres de son marathon, il y avait une porte à ouvrir et non un mur à percuter. Il s’y était préparé, sagement, sereinement, mentalement. Il savait que cela serait dur. D’aucuns auraient ralenti, Il ne s’est pas défaussé.

Et puis ce vent contraire, qui en a fait lâché plus d’un. Il l’avait anticipé, il s’y est adapté. Non sans mal, ni souffrance, mais avec intelligence et conviction. Il avait préparé son physique certes pendant de longues semaines, sur de grosses séances. Mais il avait aussi préparé son mental à ne plus écouter son physique. D’aucuns auraient volé en éclats, il a tenu.

Nous ne pensons évidemment pas que ce plan était idéal ou parfait. Il était adapté à l’objectif, au coureur. Restait à le concrétiser, à l’incarner. Ce dont nous étions convaincus, c’est que Thomas était le coureur parfait pour porter ce plan 3h15. En restant centré pendant plus de 2 mois, centré pendant 30 kms d’introduction, centré pendant son combat de la dernière heure. S’il y a un mot qui doit résumer l’application et la réussite de cette course, c’est celui-ci : centré.

Bravo pour ça. Et merci de m’avoir fait revivre cette perception partagée d’un moment individuel. Longue et belle route à lui, vers d’autres chronos, d’autres limites. »
Eric pour @Votremarathon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s