Running solidaire

Une partie de l'équipe montée par Sébastien pour pousser 3 joëlettes sur 20 kms le 26 mai, lors de la Paris Saint-Germain

Une partie de l’équipe montée par Sébastien pour pousser 3 joëlettes sur 20 kms le 26 mai, lors de la Paris Saint-Germain

La course à pied est un sport individuel… qui se court en équipe. Quand des bénévoles se mobilisent pour une association, quand des coureurs donnent de leur temps pour aider la recherche, il y a de belles histoires, écrites par de belles personnes. Voici l’initiative de Sébastien pour « l’Etoile de Martin ».

Sébastien, responsable Marketing Stratégique chez Axens (filiale d’IFP Energies nouvelles) est bénévole pour  « l’Etoile de Martin ». Le but de l’association : soutenir la recherche sur les cancers pédiatriques et améliorer le quotidien des enfants malades.  Nous lui ouvrons les colonnes de ce blog pour qu’il nous raconte son engagement et la préparation de son équipe pour la Paris/Saint-Germain, qu’il courra, pour l’Etoile de Martin, avec une joëlette.

Si ce projet vous touche, n’hésitez pas à prendre contact avec lui, ou avec l’association :
-Pour contacter Sébastien, seb_fraysse@yahoo.fr & @sebfraysse sur Twitter
-Pour plus renseignements sur l’Etoile de Martin, http://letoiledemartin.fr/ sur Facebook & @letoiledemartin sur Twitter

EdM« Ma femme et moi avons découvert l’association l’Etoile de Martin en rencontrant Servanne et Laurent, les parents de Martin, en octobre 2008 lors du baptême de nos filles respectives. Ils nous ont alors raconté l’histoire de Martin, décédé quelques années auparavant à l’âge de 2 ans.
Cela nous a touchés et depuis, nous essayons de participer aux événements de l’association tels que la traditionnelle course Odyssea ou le fabuleux concert donné par Charlie en Février 2011 (retrouvez des extraits en cliquant ici). En octobre dernier, lors de la course Odyssea 2012, j’ai échangé avec Servanne et Laurent pour leur faire part de mon désir de m’engager plus intensément auprès de leur association.

Le projet que je porte
Laurent m’a mis en relation avec Vincent Orgueil, qui est en charge de l’organisation des animations sportives au sein de l’Etoile de Martin. Nous avons alors pensé proposer à mon entreprise (Axens) de sponsoriser une équipe de dix coureurs pour accompagner un enfant en joëlette pour la Course Paris Saint-Germain du 26/5/2013.
On n’a pas traîné dans le montage du dossier : je présente le projet à la responsable communication et la directrice des Ressources Humaines le 12 octobre et très vite elles ont adhéré. Une consultation a été lancée « dans la foulée » auprès des salariés des différents sites français d’Axens. Et là, c’est superbe, la mobilisation dépasse nos espérances et finalement, le 26 mai prochain, ce sont une trentaine de salariés d’Axens qui vont accompagner non pas un, mais 3 enfants malades.

En complément de la participation financière de l’entreprise, nous décidons d’ouvrir une collecte pour récolter un maximum de fonds pour l’Etoile de Martin. C’est d’ailleurs le Comité d’Etablissement d’Axens Rueil, lui aussi convaincu par le projet, qui fut le premier à contribuer à cette collecte. D’ici le 26 mai 2013, date de la course, l’objectif est d’atteindre 3000 euros pour l’association mais on ne s’interdit pas de dépasser cette somme …
Le lien vers le site de collecte, ouvert à tous, et à faire partager au plus grand nombre est le suivant : www.alvarum.com/axenscourtlaparisstgermain

Mobilisation, émotion, préparation
Rassembler plus de 30 collègues sur une opération sportive et solidaire c’est superbe. C’est encore plus exaltant quand on sait qu’un tiers des salariés fera le déplacement depuis le Gard (Salindres plus exactement, près d’Alès). Un autre signe du dynamisme de mon entreprise : la participation de 12 femmes à ce beau projet. La mixité au service de la solidarité pour les enfants.
Notre projet revêt un aspect émotionnel très fort car pousser un enfant malade sur 20 kilomètres restera à coup sûr  longtemps gravé dans nos esprits. Il revêt aussi un aspect sportif à ne pas prendre à la légère pour que la fête soit belle et que l’on profite au maximum de ce temps de partage avec les enfants.
Par conséquent, avec Vincent, nous avons planifié 3 entraînements collectifs en fin de journée pour bien appréhender le maniement de la joëlette.

20 km en joëlette : physique !
02_Vue faceLe mardi 16 avril, date du premier entrainement. Sur la vingtaine de salariés de Rueil engagés, 12 collègues sont présents lorsque le coach Vincent dispense ses premières instructions. Rien de sorcier dans la théorie mais les premières minutes de pratique sont assez marrantes et dangereuses pour celui ou celle qui prend place dans la joëlette. Autant nous serons ravis d’avoir quelques gabarits à plus de 80 kgs quand il faudra gravir les deux montées du parcours, autant là, quand les gros bras de l’équipe sont dans la joëlette, chaque virage est une épreuve physique !

05_Salindres_mixteEt les salindrois me direz-vous ?  Ils s’entraînent aussi. Certes sans joëlette mais très régulièrement, puisqu’ ils ont même commencé avant nous. Une à plusieurs fois par semaine, un groupe se constitue et, depuis l’usine, direction la garrigue. Quand Pauline et Emilie sont de la partie (comme sur la photo), ça ne rigole pas. En effet, elles travaillent toutes les deux dans le service HSE (Hygiène Sécurité Environnement).
Je peux vous assurer que le code de la route est respecté à la lettre : on court du côté gauche et si la signalisation le demande pas d’excès de vitesse : 10 km/h maximum. Pour ce qui est de l’apprentissage du maniement de la joëlette, les salindroises et salindrois seront répartis le jour de la course dans les trois équipages. Sur les premiers kilomètres ce sera notre rôle, à nous rueilloises et rueillois, de les initier.
La mobilisation des salariés de Salindres est un des plus beaux témoignages de solidarité autour du projet. Pour la plupart, je ne les ai jamais rencontrés. Leur mobilisation est extraordinaire, ils savent à quel point cela m’a touché. Ce sera à charge de revanche quand les parisiens se mobiliseront dans le Gard, j’espère en 2014.

Courir et avoir… mal aux bras
Le second entrainement à Rueil a eu lieu une semaine après le premier, le mardi 23 avril. Une fois encore, nous sommes 12 avec un groupe assez renouvelé par rapport au premier entrainement. Sur cette séance, Vincent a été aidé par Antoine, un autre sportif bénévole de l’Etoile de Martin, et on avait donc un coach par joëlette, le grand luxe ?

06_Montee_Parc_RueilEn fait, non, ce ne fut pas du luxe tant cette séance a été techniquement et physiquement plus dure que la première. La différence d’effort entre le plat et les montées est décuplée lorsque l’on est à l’arrière de la joëlette dans le rôle du donneur d’impulsion. Notre terrain de « jeu » était idéal, revêtement lisse, pas de trop de voitures… Nous étions dans le parc du château de Rueil Malmaison bordé de demeures plus belles les unes que les autres… On aurait peut-être dû faire du porte-à-porte pour notre collecte. Au total, on a fait 8.5 km avec 5 personnes au relais (il y a toujours une personne dans la joëlette). Quand nous serons deux fois plus pour nous relayer le 26/5, ce sera quand même plus simple. A la fin de la séance, photo de groupe devant notre siège, tout le monde est ravi. Avoir mal aux bras après une séance de running… C’est nouveau pour chacun de nous. »

Publicités

2 commentaires sur “Running solidaire

  1. Pingback: « Ma plus belle réussite sportive… » | Votre Marathon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s