Plaisir d’essence

Image

Trop de coureurs arrivent sur la ligne de départ de leur course, fatigués et lassés. Soyez raisonnables : suivez le plan à la lettre !

Vous serez 40 000 ou presque dans 8 semaines, sur la ligne de départ du plus grand marathon français, le Marathon de Paris. Vous avez choisi votre plan dans une revue, grâce à un coach, avec des amis. Bonne préparation. Nous sommes à vos côtés pour toute question. 

Nous nous proposons, pendant les 8 semaines qui s’ouvrent, de vous aider à appréhender cette période charnière de votre vie de coureur : le plan marathon. Chaque jour, un conseil générique, une astuce à connaitre seront détaillés sur ce blog. Rien de très compliqué à comprendre, pas de science : du bon sens, de la mesure et de l’expérience, transmis par des coureurs aguerris qui n’ont rien à gagner si ce n’est votre confiance.

Un plan pour un premier marathon autour de 4h15 ? Cliquez pour découvrir notre proposition

Premier conseil, que nous avons déjà abordé ici mais que nous radoterons à l’envi puisqu’il est fondamental : N’en faites pas trop ! Autant il est devenu évident aux inscrits du marathon de Paris de ne pas se lancer avec deux pauvres footings dans les jambes, autant il semble encore que bon nombre de coureurs s’épuisent dans une préparation longue et intense et manquent cruellement de physique et/ou de mental le Jour J.

En faire trop c’est :

– Courir 3 heures tous les dimanche depuis 2 mois
– Négliger les 50% voire les 2/3 de l’entrainement à allure d’endurance fondamentale, soit plus lentement que l’allure prévue le jour de la course.
– Accélérer lors des séances de fractionnés (pour se défouler, se rassurer, se faire plaisir).
– Rajouter des séances intenses au plan.

La préparation d’un marathon est un équilibre précaire entre accumulation et récupération, entre confiance acquise et forces en réserve. Vous devez arrivé(e)s le jour de la course, avec un potentiel physique optimum, avec une assurance en vos capacités non feinte et surtout avec une fraîcheur mentale inébranlable.

Imaginez une réserve de points de vie, comme dans les jeux vidéos, avec des pièges pour en perdre et des périodes pour en « gagner » de nouveaux. Une belle séance de fractionnés au delà de la VMA, peut par exemple consommer certains de ces points qui vous manqueront au final  lors de la course.
En revanche, une journée de repos placée après une séance longue, permettra au corps d’assimiler l’effort et d’en tirer tous les bienfaits.

Faites confiance à votre plan, et faites nous confiance : le bonheur du travail bien fait viendra aussi de la « frustration » emmagasinée lors de certaines séances.

Prenez du plaisir à être au top le jour J. Vous le méritez.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s